Gaëtan Nicot Quartet-Jazz Hot, Fév-2020

Article de presse

Rhapsodie, par Jérôme Partage.

https://jazzhot.oxatis.com/Files/29476/Img/21/2019-Gaetan-Nicot-Rhapsodie.jpghttps://jazzhot.oxatis.com/Files/29476/Img/16/CD-nouv-curiosNEWeb-2.jpgGaëtan Nicot Quartet
Rhapsodie

Rhapsodie, Koo-Cool*, Chiarezza, Ma plus belle histoire d’amour, Maia, Les yeux de l’abeille, Transports urbains, Moon Dreams
Gaëtan Nicot (p), Pierrick Menuau (ts), Sébastien Boisseau (b), Arnaud Lechantre (dm) + Geoffroy Tamisier (tp)*
Enregistré du 9 au 11 janvier 2019, Sarzeau (56)
Durée: 51’ 35’’
Tinker Label 0119001 (Socadisc)

Le pianiste nantais Gaëtan Nicot a eu l’occasion, à l’issue d’une formation classique et jazz, de partager la scène avec plusieurs jazzmen parisiens (Marc Thomas, Jean-Loup Longnon, Nicolas Rageau, Mourad Benhammou…) tout en prêtant son concours à des projets très variés, allant du cinéma (comme acteur et musicien) à des rencontres «métissées» entre musique du Moyen-Orient, flamenco et chant lyrique. Après un premier album, sorti en 2014, Jazz Radiophonique Eighties, qui prenait le pari d’intégrer au répertoire jazz des succès pop des années 1980, il propose aujourd’hui un disque en quartet –dans lequel officie un complice de longue date, Pierrick Menuau–, autour de ses compositions agrémentées de deux reprises. Gaëtan Nicot y revendique des inspirations mêlant notamment McCoy Tyner, Herbie Hancock et Wayne Shorter, dont l’influence paraît effectivement déterminante. Si une atmosphère intimiste se dégage du disque, du fait de la prédominance des ballades, avec parfois des réminiscences de musique classique (ouverture en piano solo de «Rhapsodie»), le swing est également au rendez-vous, en particulier sur le bon original «Koo-Cool» morceau de bravoure du disque – où le quartet déploie son énergie avec la participation d’un Geoffroy Tamisier (non crédité) s’inscrivant dans une veine davisienne. A côté de ces compositions habilement reliées à la tradition post-bop, le quartet livre une sobre et jolie version de la superbe chanson de Barbara, «Ma plus belle histoire d’amour» qui doit beaucoup à l’extrême sensibilité de Pierrick Menuau (dont on connaît les qualités), ainsi que du standard de Chummy MacGregor et Johnny Mercer, «Moon Dreams» (1942) qui est une occasion privilégiée d’apprécier le jeu élégant de Gaëtan Nicot. Une formation à découvrir.

Jérôme Partage
© Jazz Hot 2020